KaZeo
Fermer
Oldicaces >>
  Samedi 20 septembre 2014   St Davy  
Ca fait réfléchir
   
 A propos de moi
 Mon pseudo : Cerdjblog
 Me contacter
 En savoir plus sur moi
 
 Mes rubriques
 Articles
 
 Mes partenaires
 Stars nues
 Poèmes
 
 Parrainage
Titre de votre futur blog :
 
 
 Le bonheur (le 29/09/2006 à 21h27)
Loin de toi je soupire, près de toi je respire, avec toi je transpire.

Si mes doigts étaient des plumes, avec le sang de mes veines je t'écrirais je t'aime.

Je suis pas Verlaine pour t'écrire des poèmes, ni Rimbaud pour t'écrire des mots, je suis juste moi-même pour t'écrire je t'aime.

Je suis vraiment amoureuse du mec qui me rend heureuse, je l'aime de tous mon coeur c'est l'être le meilleur.

Aimer, c'est retenir ses larmes quand il passe à côté de vous sans même se retourner.

Si ton coeur aime mon coeur, comme mon coeur aime ton coeur, nos deux coeurs s'aiment en choeur.

Tu as la force du diable, j'ai la beauté d'un ange.

J'aimerais être avec toi, car je t'aime tu vois.
J'aimerais être un poignard, pour transpercer ton coeur
J'aimerai que tu me laisse, au creux de tes reins, me réchauffer, mourir à tes pieds et que la nuit passée dure une éternité.

N'oublie jamais que l'amour est un fil d'or, et qu'il ne se brise qu'à la mort.

Je continue à te sourire, je n'arrive pes à te haïr.

Quand les corbeaux seront blancs, et que la neige sera noire, alors ton nom s'éffacera de ma mémoire.

Je pense qu'à toi mon coeur, les jours passés avec toi sont que des moments de bonheur.

Je t'aimerai pour toujours bébé, prouve-moi ton amour.

Tu sais que je t'aime, en vers toi j'éprouverais jamais de haine.

Tu es un ange, envoyé par dieu, ensemble nous vivrons à deux tout en étant heureux.

C'est le bonheur d'être proche d'un homme que je peux aimer, aucun malheur entre nous ne sera accepté, l'amour peut compter plus que l'amitié, sa peut durer des éternités.

Tous simplement, JE T'AIME bébé.

Cindy, ta femme...
[ Ajouter un commentaire | 2 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 La rencontre amoureuse (le 29/09/2006 à 17h58)
Le jour où arrive une rencontre, tu te dis : " il blague ? "
Vous devenez ami et vous vous entendez très bien au début de cette rencontre qui n'était qu'amical.
Au bout de quelques jours, toi, tu commences à t'y attacher, de plus en plus, mais ça reste un secret.
Cette amitié fût longue.
Imcapable d'avouer ses sentiments, tu espères et attends.
Et plus tu le connais, plus tu lui trouves des qualités.
Et quelques temps après, toujours amoureuse de ce garçon, il t'emmene dans un coin, et te dit la phrase que tu aurais voulu entendre depuis le jour où tu l'as vu, où tu as craqué pour lui.
Et à ce moment, il te dit : " Ca te dirai de sortir avec moi ? ".
WOUAH !
La réponse est sûre et directe, le battement de mon coeur est puissant...

Le premier baiser...
...la plus belle chose pour son premier amour !

La chose que la plupart des filles se disent : " je veux que ce soit lui, je veux lui offrir ma virginité et surtout, je veux l'aimer ! ".
Et ça, c'est là chose la plus importante, qu'il faut faire, mais qu'en la personne à qui on à vraiment confiance et qu'on est bien sûre qu'il aime que sa petite amie.
Après, on peut faire sa vie, mais la chose qu'il faut se dire c'est : " prend ton temps réfléchi, tu veras ! ".
Moi ça a été mon ami pendant  1 ans, et ensuite, on s'est rapproché, on s'est aimé, on s'aime encore, et on s'aimera toujours, et ça j'en suis sur!

Ce message à l'amour de ma vie, je t'aime Cerd-j.
Cindy Le François.
[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Pourquoi moi ? (le 29/09/2006 à 17h23)
Une journée de malheur,
Des journées à réfléchir,
Des jours sans fleurs,
Que vais-je devenir ?

Je suis qu'une adolescente,
Qui veut vivre une vie,
Peut-être inconsciente,
Je fais ce que mon coeur me dit.

Ce jour est venu,
Je le crainier,
Je ne l'ai pas voulu,
Dur de ne pas craquer,
Pourquoi l'ai-je connue ?
Je suis désespérée.

Ya peut-être une chance ,
Comment le savoir ?
Ai-je de la constance,
Seule dans le noir ?

A longueur de journée,
Pourquoi être choqué ?
Je ne fait que penser,
A ce passé hanté,
Que je n'ai pas mérité,
Après tout je m'en douter.

Tout m'enpoisonne,
J'ai priée,
Dans le silence, je m'isole,
Pour oublier.

Mon coeur me dit,
Tu ne peux pas y échapper,
Les histoires de ta vie,
Tu dois les affronter.

Qu'est-ce-que je ressent ?
De la haine et de dégoût,
Vas droit devant,
Et reste debout.

Pourquoi tant de mal ?
Pourquoi se secret ?
Je n'ai rien fait,
Je trouve pas ça normal.

Pourquoi cela m'est arrivée ?
J'arrive pas à y croire,
Et pourtant c'est vrai,
Comment le voir ?
J'arrive pas à immaginer tout ce désespoir,
Mais il faut le surmonter.

J'ai tellement peur,
Que faire ?
Suivre son coeur,
Et se taire !


Cindy Le François
Mon amour.

[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 La guerre (le 20/11/2005 à 01h25)
J'ai vu ce gosse de tchétchénie au milieu des ruines, a coté de lui des corps brulés, il sagissait de membres de sa famille, il appelait a l'aide et hurlait, c'etait dur a voir, j'te jure presque insupportable, subire un tel choque me parait presque insurmontable, j'lui rends hommage, regarde c'est tout c'que j'peux faire, j'aime ce petit inconnue tendrement comme mon petit frère, mon parler me déchire le coeur mais j'dois graver ces mots pour qu'on se rappelle de sa douleur, j'suis témoin, mais jamais complice parce que j'suis être humain avant d'etre artiste, c'est pour nos gamins, où qu'ils soient, comme ces mômes qu'ils ont mutilés au Rwanda, t'as mal et bien la larme tu peux la versée, pour tous ces gosses délaissés, blessés.

Kery James
[ Ajouter un commentaire | 5 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 La confiance (le 25/03/2005 à 19h36)
La confiance Confiance encore un mot Sans beaucoup d'importance Mais qui sonne bien Employer dans son sens Accordé la confiance Et dire la vérité Sont deux mots opposés Comme le mythe de l'alliance Le Pire et le Meilleur Je ne fui pas J'ai peur J'ai perdu la confiance Et pourtant j'y tenais Mais dans ce monde Faut il se déchirer Sur un principe usé Pourquoi ne pas préférer l'honnêteté A la confiance cachée Désormais cette nuit Une leçon j'ai appris Elle m'a coûté sa vie C'est grâce à elle que j'ai compris Ne jamais trop y croire Tel sera ma devise Dans ce monde sans espoir Qui pourtant se divise Pour des petites bêtises Qui continueront toujours à nous détruire Vu sur Chacun-Sa-Vie.skyblog.com
[ Ajouter un commentaire | 5 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Dis moi Maman pourquoi... ? (le 25/03/2005 à 19h35)
Dis-moi maman Pourquoi les grands se disputent ? Dis-moi maman Pourquoi les gens percecutent? Tu m’as regardé avec des yeux embués Il n’y avait pas grand chose a expliqué Tu m’as souri en me disant que c’était la vie Qu’il fallait la prendre et l’accepter ainsi Dis-moi maman Pourquoi papa est méchant parfois Dis-moi maman Pourquoi est-ce qu’il ne nous aime pas Tu as essayé de me consoler Alors que toi aussi tu souffrais Ne pas voir ton regard triste fut mon tort Mes enfants nous croyons que les adultes sont plus forts Dis-moi maman Pourquoi papa nous crie toujours après ? Dis-moi maman Pourquoi il ne m’a jamais embrassé ? Tu m’as répondu qu’il nous aimait qu’en même Mais qu'il avait énormément de problème J’aurais dû entendre ta voix faible et découragée Mais un enfant attend toujours une réponse désirée Dis-moi maman Pourquoi papa boit autant Dis-moi maman Pourquoi il nous bat si souvent La réponse il a fallut évidemment l’inventer Car il n’y en avait aucune qui pouvait justifier Cette question tu te l’étais si souvent posé Un enfant veut juste connaître la vérité Dis-moi maman Les gens font toujours aussi mal ? Dis-moi maman Est-ce que je dois trouver ça normal ? « Non ma fille n’accepte jamais Qu’un homme se mette à te tourmenter » Alors maman, pourquoi l’as tu laissé faire ? Pourquoi l’avoir laissé nous faire vivre cet enfer ? Ce n’est pas de ta faute tu sais Moi j’aurais voulu un papa adoré Ne pas vivre dans l’angoisse chaque jour Avoir une famille remplie de joie et d’amour Dis-maman Comment est-ce que j’ai pu pardonner ? Dis maman Et toi comment peux-tu encore l’aimer ?
[ Ajouter un commentaire | 7 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Deux femmes qui s'aiment (le 25/03/2005 à 19h35)
Deux femmes qui se tiennent la main Ca n'a rien qui peut gêner la morale Là où le doute s'installe C'est que ce geste se fasse sous la table. Quand elles sont seules, comme elles n'ont rien à perdre Après les mains, la peau de tout le reste Un amour qui est secret Même nues, elles ne pourraient le cacher Alors, sous les yeux des autres Dans la rue, elles le déguisent en amitié L'une d'elles dit que c'est mal agir Et l'autre dit qu'il vaut mieux laisser dire. Ce qu'ils en pensent ou disent ne pourrait rien y faire Qui arrête les colombes en plein vol A deux au ras du sol Une femme avec une femme Je ne veux pas les juger Je ne veux pas jeter la première pierre Et si, en poussant la porte Je les trouve bouche-à-bouche dans le salon Je n'aurais pas l'audace de tousser Si ça me dérange, je n'ai qu'à m'en aller Avec mes pierres elles construiraient leur forteresse Qui arrête les colombes en plein vol A deux, au ras du sol Une femme avec une femme L'une d'elles dit que c'est mal agir Et l'autre dit qu'il vaut mieux laisser dire Ce qu'ils en pensent ou disent ne pourrait rien y faire Qui arrête les colombes en plein vol A deux, au ras du sol Une femme avec une femme Qui arrête les colombes en plein vol A deux, au ras du sol Une femme avec une femme
[ Ajouter un commentaire | 5 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Pourquoi tu la bas ? (le 25/03/2005 à 19h34)
Pourquoi maltraite t'on les femmes ?? rappelle toi que tu sors des entrailles sanglante de cette femme que tu bats qui es-tu pour te croire superieur? qui est-ce qui porte la vie? ce n'est pas vous, rendez vous compte! pourquoi viole-t'on les seules qui se battent pour faire changer les choses nous vivons dans un monde de machos Quand les gestes tendres S’éclipse vers les méandres Que la main levée Remplace les baisers Arrêter tout de suite L’absurdité Et préférer la fuite A la cruauté L’idiotie des hommes qui n’ont que leur violence Pour exprimer leur supériorité Face à l’innocence Des femmes battues et humiliées A toutes ces femmes bafouées Que dire je t’aime Ne passe pas par le verbe " frapper " Dans cette injustice de couleur, Trouveraient elles un jour le bonheur ? Coups et blessures, vengeance d'un passé dur, Femmes battues. Viols, perversités, Prison à perpétuité, devrait être leur châtiment. Electrocuté par le fil ament, Amand de leur femme, Amour et tendresse, Absence de l'ivresse, Femmes battues. Liberté demandée, d'une vie brûlée. Papier jaûni et défleurit histoires de femmes, Femmes battues.
[ Ajouter un commentaire | 1 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Aimer (le 25/03/2005 à 19h34)
Aimer c'est se comprendre Sans se parler. Aimer c'est apprendre à se respecter. L'amour est un cadeau, Qu'il ne faut refuser, Car c'est le plus beau Que l'on peut esperer. Aimer, c'est avoir le coeur Qui ne bat que pour l'être, Qui nous donne du bonheur Et nous apporte le bien être. L'amour est comme une fleur, Doucement il s'epanouit. C'est un état de douceur Qui rend si belle la vie. Aimer, c'est offrir à l'être aimé Sans rien attendre en retour. Aimer, c'est donner sans compter, C'est offrir tout son amour. L'amour est un état d'esprit, Pleins de moments uniques Qui remplissent notre vie D'instants magiques. Aimer, c'est offrir son coeur Et se donner entierement. Il ne faut pas avoir peur De ses sentiments. L'amour est la plus belle faveur Que peut nous apporter notre existence. C'est une grande douceur Dans ce monde de violence.
[ Ajouter un commentaire | 3 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 La drogue (le 25/03/2005 à 19h33)
On se drogue pour connaître le bonheur, on ne découvre que la peine ... On se drogue pour avoir un peu de chaleur , on ne trouve que le froid ... On se drogue pour se faire des amis on ne s'attire que des ennuis ... On croit que la drogue chasse la peur , elle n'apporte que l'angoisse... On se drogue pour être compris, on sait à peine bafouiller ... On se drogue pour gagner le paradis, on atterit en enfer ... On se drogue pour êtres libre, on devient esclave ... On se drogue pour chasser ses problèmes de ruisseaux , on se débat dans des rivières ... On se drogue pour inviter la vie , on recoit la mort ... ----------------------------------------------------------------------------------------------------------- 1 cachet pour essayer, 1 cachet pour rigoler, 1 cachet pour oublier, 1 cachet pour s'amuser, 1 cachet pour déstresser, 1 cachet pour s'aimer, 1 cachet pour supporter, 1 cachet pour s'animer, 1 cachet pour s'envoler, 1 cacher pour planer, 1000 raisons de se droguer, 1000 raisons pour se tuer, Pour laquelle as tu essayé? Pour laquelle es tu mort sur le côté ------------------------------------------------------------------------------------------------ J'aimais un garcon , c'était la passion . Il ma dit un jour :: " on s'aimera toujours , on fera des enfants jusqu'a l'age de 100 ans " Je l'aimais ... Mais il s'est mis a fumer , C'était seulement de l'herbe, mais surement de la merde. A ne plus s'en passer ... ( il est tombé dans la drogue dur ) Un soir de plus je rêvais de lui. Oh mon Dieu il avait tord. Aujourd'hui il est mort. Heureuse seringue a la main qui ne lui servait a rien. et pourtant j'aurai voulu qu'il soit vivant. Pour connaitre son enfant qui naitra au printemps. Un jour cet enfant ira a la morgue, ms pas a cause de la drogue. Ce sera un enfant aimé qui ne sera pas drogué. Mais un jour après des années, il finira par savoir Que son père était un camé Vous le savez tous, mais je vous le rapel, le tout est de ne pas commencer.
[ Ajouter un commentaire | 2 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Pleurer (le 25/03/2005 à 19h34)
Pleurer? Que signifie se mot ? On pleure lors d'un enterrement, De tristesse. Lors d'un mariage, De joie. Pendant une blague, De rire. Un soir où l'on craque pour toutes les larmes qu'on n'a pas fait couler, De folie. Devant un film d'amour, On pleure, on ne sais pas pourquoi. Mais dans tous les cas, Pleurer fait du bien, Pleurer soulage, Il ne faut pas se retenir, Car le jour où l'on décide de pleurer, On se lâche, Et ça fait mal, très mal, On se remet en question, On recherche ses amis. Pleurer sert à faire le point, sur sa vie, Alors,... Ne vous empêché pas de pleurer parce que vous croyez que c'est stupide.
[ Ajouter un commentaire | 1 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Femmes/Hommes (le 25/03/2005 à 19h31)
Quelle différence entre les femmes de 8, 18, 28, 38 et 48 ans ? 8 - Tu la couches et tu lui racontes une histoire. 18 - Tu lui racontes une histoire et tu couches avec. 28 - Tu n'as pas besoin de lui raconter d'histoire pour coucher avec. 38 - Elle te raconte une histoire pour coucher avec toi. 48 - Tu lui racontes une histoire pour éviter de coucher avec. Quelle différence entre les hommes de 8, 18, 28, 38, et 48 ans ? 8 - Tu le couches et tu lui racontes une histoire. 18 - Tu lui racontes une histoire pour éviter de coucher avec. 28 - Tu lui fais croire qu'il doit te raconter une histoire pour coucher avec toi. 38 - Tu lui racontes une histoire et tu vas au lit avec quelqu'un d'autre. 48 - Tu n'as rien besoin de lui raconter parce qu'il s'est endormi sur le divan.
[ Ajouter un commentaire | 2 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Egalités (le 25/03/2005 à 19h32)
Tu te crois supérieur a elle Tu crois que tu peut lever la main sur elle Tu crois que tu vaux mieux qu’elle Tout sa parce que tu es le sexe faible Tu te fais traité de salope, de pute, de trainé Tu te fais traité parce que toi tu sais t’assumer Tu te fais traité parce que toi tu sais montrer ta beauté Tu te fais traité parce que toi tu as un niveau plus élevé Femme ou homme nous avons tous la même valeur Homme ou femme nous sommes tous du même niveau Femme ou homme nous avons tous les même rêves homme ou femme nous voulons tous l'amour et la paix Alors pourquoi encor tant d’inégalité et de discrimination ?
[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Pour les parents ;-) (le 25/03/2005 à 19h30)
C'est avec regret et tristesse que je t'annonce que je me suis enfuie avec mon nouvel amoureux. J'ai trouve la vraie passion et il est vraiment gentil, avec tous ses piercings, ses tatous et sa grosse moto. Ce n'est pas tout : je suis enceinte et Ahmed dit que nous serons tres heureux dans sa maison mobile, en pleine foret. Il veut beaucoup d'enfants et moi, tu sais, c'est mon plus grand reve. J'ai appris que la marijuana n'est pas nefaste et nous avons decide d'en cultiver pour nous et nos amis qui nous fournissent en cocaine et en ecstasy. Je te demande de joindre tes prieres aux notres pour que la science trouve un remede au SIDA ; Ahmed mérite vraiment de guerir. Surtout maman, ne t'inquiete pas. J'ai 15 ans et je sais prendre soin de moi. Je te rendrai visite un jour pour te presenter tes petits-enfants... Ta fille qui t'aime. PS : Maman, tout ca n'est qu'une blague. Je suis chez Melanie. Je voulais seulement te montrer qu'il y a des choses pires que des mauvaises notes sur un bulletin. Tu trouveras le miens sur ma commode. Bisous.
[ Ajouter un commentaire | 4 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Les handicapés (le 28/10/2004 à 18h13)
Pourquoi certains rejettent les handicapés ?? parce qu'ils sont nés avec un chromosome différent, ils sont traités différement, on se moque d'eux on les met à part .On les apelle gogol ou trisomique.On les rejete on les dénigre . Pourtant as tu deja regardé un "gogol"? quand tu les vois ils sont remplis de vie, ils savent qu'ils sont les mal aimés mais ils ont toujours le sourire, toujours une petite blague toujours un mot doux toujours la soif de vivre et d'apprendre, toujours à essayer que tout aille pour le mieux pour tout le monde . Et on les rejete encore plus. Certains éprouvent une haine envers eux, les insultes fusent, les moqueries.... Mais rien n'efface le sourire de leurs lèvres .Alors quand je vois ces sois disans "gogols" remplis de paix et d'amour et quand je vois ces sois disans êtres "normaux" remplis de haine de rancoeur et de mauvaises attentions, je me demande qui sont les vrais gogols ....
[ Ajouter un commentaire | 20 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 La sagesse (le 28/10/2004 à 18h12)
La sagesse consiste à ne pas disputer ceux qui te sont supérieurs ni à humilier ceux qui te sont inférieurs; n'aborde pas ce qui est au-dessus de tes capacités; que ta langue ne contredise pas ton coeur, ni ta parole ton acte, ne parle pas de ce que tu ne connais pas; ne laisse pas passer la question quand elle vient à toi et ne la réclame pas quand elle s'éloingne de toi. La non-violence est la loi de notre espèce tout comme la violence est la loi de l'animal. L'esprit dans l'animal est à l'état latent, et l'animal ne connaît pas d'autre loi que celle de la force physique. La dignité de l'homme exige qu'il obéisse à une loi plus haute, à la force de l'esprit. La paix extérieure est impossible sans paix intérieure. Nous voulons tous qu'il y ait la paix dans le monde, mais nous n'y arriverons jamais si nous n'avons pas la paix dans notre propre esprit. Nous pouvons envoyer des soit disant " forces pour maintenir la paix " dans les régions où il y a des conflits, mais la paix ne peut pas être imposée de l'extérieur avec des armes. Ce n'est qu'en établissant la paix dans notre propre esprit et en aidant les autres à faire de même que nous pouvons espérer parvenir à la paix dans le monde.
[ Ajouter un commentaire | 1 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 La prostitution (le 28/10/2004 à 18h11)
Tu la trouves bandante, la petite pute du boulevard. Tu passes devant, tous les jours et tu te dis qu'elle est vraiment mignonne. Elle s'appelle Serena, Alexandra, Eva, enfin un nom en A. Si tu savais. Mais veux-tu vraiment savoir, toi que ça ne dérange pas des masses de pénétrer son corps pour quelques biffetons qui passent. Normal, dans la société du spectacle, le corps est une marchandise. C'est ce que nous balance la pub à longueur de journée, non ? Si tu savais. A Bucarest, la jolie blondinette avait dans les yeux un instant sans avenir. Perdue dans un monde qui bouge trop vite du côté de l'argent sale et qui oublie de laisser le temps qu'il faut aux fleurs pour s'ouvrir. Un monde comme le notre en fait. Sans poésie, sans musique. A peine dix-neuf ans de tristesse et rien devant. Une « amie » l'a présenté à un monsieur très bien. Un belge. Un professeur. Quelqu'un qui vivait du côté du savoir. Et l'homme l'a regardée, évaluée, soupesée... Il pouvait la sortir de là. La Belgique a besoin de jeunes femmes de ménage en ce moment. La Belgik est un pays d'accueil. Les Roumains aiment la Belgik. La Belgik est un pays riche. Alors elle a dit oui. Et l'homme l'a vendue. Et elle a traversé l'Europe, cachée dans un coffre de Mercedes. En Albanie, on l'a violée et on l'a formée. On l'a revendue. Elle est là cette nuit de pluie, avec sa sinusite qui lui enflamme le crâne. Sans papiers. A la merci de tout. Sans défenses. Avec toi qui la trouves cent fois plus bandante que ta femme. C'est vrai qu'elle est très jolie. Sa seule richesse. Sa jeunesse qui s'en va plus rapidement que celle de ta fille. Une année de vie pour une prostituée, c'est dix ans d'une vie de femme. Je sais, ça te fait marrer et tu penses : « c'est comme pour les chiens ». Oui, comme pour les chiens. La différence, c'est que les trafiquants de femmes traitent mieux leurs lévriers que leurs « protégées ». il serait temps de regarder juste en bas de chez nous. Reste un certain nombre de progrès à faire pour se regarder dans la glace comme des êtres « civilisés »...
[ Ajouter un commentaire | 6 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 N'abandonne jamais (le 28/10/2004 à 18h11)
Lorsque dans ta vie rien ne va plus, que les problèmes tourmentent ton esprit et que l'argent te cause tant de soucis, Repose-toi s'il le faut, mais n'abandonne surtout pas. Lorsque trop d'erreurs ont été commises, que tout ton univers menace de s'écrouler et que fatigué tu sens la confiance t'abandonner, Repose-toi s'il le faut, mais n'abandonne surtout pas. La vie est parfois étrange avec son lot de surprises et d'imprévus, et il ne nous est pas donné de s'avoir à l'avance combien d'étapes nous devons franchir, ni combien d'obstacles nous devons surmonter avant d'atteindre le bonheur et la réussite. Combien de gens ont malheureusement cesser de lutter alors qu'il n'aurait peut-être fallu qu'un petit pas de plus pour qu'un échec se transforme en réussite, pourtant un pas à la fois n'est jamais trop difficile. Tu te dois donc d'avoir le courage et la ténacité nécessaire de faire ce petit pas de plus, en affirmant que la vie est une grande et puissante amie qui se tient toujours à tes côtés, prête à te porter secours. Tu verras alors que cette attitude pleine de foi, appellera à elle du plus profond de toi-même, des forces que tu ne soupçonnais même pas et qui t'aideront à réaliser ce que tu auras entrepris. Mais surtout et avant tout, rappelle-toi bien: Quand dans ta vie des moments difficiles viendront Repose-toi s'il le faut, mais n'abandonne surtout pas
[ Ajouter un commentaire | 3 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 La prison (le 28/10/2004 à 18h11)
12 années derierre les baraux a regréter, méditer si ce crime était justifier ou non. 12 années a pleurer, a subir les douches et les viols. 12 années a èsperer retrouver la liberté. 12 années a mourir et a me détruir dans cette cage ou ceux qui sont censés te surveiller t'assassine. Tous ces jours passé a ne pouvoir vivre normalement. Si seulement j'avais su. J'ai oter une vie, on me price de la mienne. Dans 2 jours je sort, dehors tout a changé, ma famille ma renié, mes amis m'ont oublier. Ma vie a été brissé pendant 12 ans et le sera pour toujours. Une vie de perdu et une de gaché est que j'ai bien fait de me la raconter caid ?? Jeune homme, Jeune femme réfléchis tes actes se répercutes. Ne gache pas ta vie ne gache pas celle des autres. La vrai force est t'elle de resister a la violence ou d'y succomber ?? J'y est succombé voila ou sa ma mené
[ Ajouter un commentaire | 2 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Pédophilie (le 28/10/2004 à 18h11)
Massés les uns à côté des autres sur les bancs de la salle d´audience, ils ont l´air de lycéens un premier jour de classe. A l´appel de leur nom, ils restent silencieux, lèvent un bras timide, évitent les regards. Les huit premières victimes des dix pédophiles présumés, qui comparaissent depuis une semaine devant la cour d´assises de Seine-et-Marne, étaient entendus, hier, par les jurés. A huis clos. Pendant des mois, ils sont passés entre les mains de Michel Albenque et de ses amis. Le plus jeune n´avait que 8 ans. La lecture, en début d´audience, des auditions de deux d´entre eux a permis de cerner toute l´atrocité de ce réseau. Côté pile, Albenque joue les éducateurs auprès des familles d´une cité de Chelles (Seine-et-Marne). Il amène leurs enfants en forêt, à l´Aquaboulevard, au karting, en vacances. Côté face, Albenque joue encore. A un jeu de cartes: le «pouilleux déshabilleur». «Si on perdait, on enlevait un vêtement, a raconté Benjamin, 12 ans à l´époque. Quand on était tout nu, en gage, on devait se laisser toucher le sexe.» Eté 1996, Albenque part avec quatre enfants au Cap-d´Agde. Dans l´appartement qu´il loue, «c´était vraiment l´horreur, confie Fabien à l´enquêteur. Il était déchaîné.» «Nous étions tous à poil sur un grand lit. Il s´occupait de nous à tour de rôle, complète Benjamin. Impossible de refuser. Il se mettait en colère, cassait la vaisselle. Quand c´était fini, il nous donnait 100 francs.»
[ Ajouter un commentaire | 1 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Mort en prison (le 28/10/2004 à 18h10)
Je vais vous expliquer dans quelles circonstances la maladie de mon père a évolué sans que jamais on ne lui apporte les soins nécessaires à son état de santé. Patrick Laurent, a été incarcéré le 25 mars 1999 à la maison d’arrêt de Bois d’Arcy. Des examens médicaux ont révélé qu’il avait une hépatite C. Le 13 octobre 1999, un médecin de Versailles lui annonce qu’il a un cancer du foie. Le Docteur du centre hospitalier de Versailles, lui délivre un certificat médical spécifiant qu’il est atteint d’une pathologie sévère, rapidement évolutive, dont la prise en charge thérapeutique ne peut être correctement assurée en milieu carcéral. Le 14 novembre 1999, la souffrance devenant trop forte, il décide de déposer sa demande de mise en liberté, afin d’être transféré à l’hôpital Mignot du Chesnais pour recevoir les soins appropriés à sa maladie. Lors de l’audience, physiquement très affaibli (il décédera 12 jours plus tard !) et alors même qu’il est en possession d’un certificat médical, cette demande lui est refusée, pour vice de forme. Jusqu’à quel point doit-on suivre une loi, sans tenir compte de la dignité humaine ? Qui sommes-nous pour juger notre prochain et ne faire preuve d’aucune compassion dans les derniers jours d’une vie ? ! Il est mort seul, le 14 décembre 1999. Pas une seule fois, la maison d’arrêt ne m’a informé de son état de santé, je ne l’ai jamais revu vivant. À aucun moment, il n’a semblé légitime à la justice de déroger à certaines de ses règles pour rendre à un homme sa dignité, celle d’être soigné et de mourir entouré des siens comme chacun de nous le mérite. Quel que soit l’acte que l’on ait pu commettre. Une seule personne doit endosser la responsabilité de la mort de mon père dans de telles conditions "la Justice". La justice doit assumer la responsabilité de ces erreurs et reconnaître ses torts. Cette cause mérite d’être défendue pour tous ceux, détenus et familles de détenus, qui ont eu ou auront à subir le même sort. Et nous savons vous et moi qu’ils sont nombreux. Les peines infligées aux condamnés doivent rester décentes et conforme aux droits de l’homme. Chaque être humain a droit à un minimum de dignité. Il n’a pas à mourir comme un moins que rien, sans soins et sans les siens !
[ Ajouter un commentaire | 8 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Ne faites pas confiance à n'importe qui (le 28/10/2004 à 18h10)
Cette histoire c'est passé dans les Hauts-de-seine mais cela malheureusement arrive un peu partout dans le monde Voila il y a 2 mois j'avais 16 ans j'ai été victime d'un viol. J'étais avec une amie et nous avions rencontré des gars. Comme on était 2 on pensait qu'il y avait bcp moins de danger que toutes seules. En fait je crois que même à 2 il y a du danger. c'est encore pire : on se croit plus forte mais ça revient au même. Donc nous avions rencontré 2 gars de notre age (17). Ils étaient vraiment sympas, mignons, tout. nous avions totalement confiance en eux. On les voyait tous les week-end, ils nous payaient tt le temps à manger et cela durant près d'un an. Nous sortions au cinéma, au bowling... seulement tout cela a vait un prix et nous l'avons compris bien plus tard. Un jour ils nous avaient donné rdv (ttes les 2 : on y allait tjs à 2 : on se croyait plus protégées).Il pleuvait. donc M... décide de nous amener chez lui, il n'y avait personne. nous acceptons. nous étions en train de regarder la tv quand S... prend ma copine à part dans la chambre. 5 minutes après j'entends des cris : j'essaye de me précipiter dans la chambre mais M... me retient et me plaque au sol. Il ouvre mon pantalon. Je lui demande "qu'est ce que tu fais ?" J'étais paralysée. il ne me répond pas et sort son sexe. j'essaye de me débattre et je crie il me frappe, m'insulte. Je pleure. je lui demande "pourquoi ?" il me répond "parce que tu es une femme : tu es une salope" et il me demande de le sucer. je refuse. je pleure. je l'implore. rien. Il enfile son putain de sexe dans ma bouche. j'étais humiliée puis il me prend par les cheveux et m'amène dans sa chambre. La je vois m a copine avec S... elle était en p leurs. Il la tenait et la frappait. Puis M... et S... sont partis et nous ont laissées toutes les 2 dans la chambre fermée à clef. Pendant 5 minutes on a cherché par tous les moyens de nous enfuir. Mais on était au moins au 10eme étage. Quand ils sont revenus, ils ne sont pas revenus seuls. Ils étaient avec une dizaine de connards. M... a dit : " les voici vous pouvez en faire ce que vous voulez mais je prend mon pied en 1er" puis il a dit "salope vous êtes, salopes vous resterez". à ce moment la j'ai compris que ma vie allait tourner au cauchemard. M... s'est jeté sur moi avec 2 ou 3 autres keums qui m'ont tenu et a commencé à me violer. J'avais mal, je voulais crier : impossible. Quant à ma copine elle a essayé de s'enfuir ils l'on menacée avec un cutter puis l'ont violée. C'était affreux. J'ai du avoir au moins 10 pénétrations, les gars me léchaient de partout, m'insultaient, rigolaient. Il me frappaient et moi je pleurais. Ils so nt allé chercher des objets pour nous les enfoncer. tout y est passé. Ils nous brûlaient avec leurs clopes puis ils ont pris des ciseaux et nous ont coupé les cheveux n'importe comment. Les gars me pénétraient avec leurs saletés de sexe et c'était à celui qui rentrait le plus vite. A la fin il nous ont lâché et nous étions épuisées, mortes, ils nous ont demandé de nous lécher entre nous. nous avons refusé. ils nous ont frappé. nous nous sommes exécutées. Je n'ai jamais été aussi humiliée de ma vie. j'étais souillée. Enfin ils nous ont laissé partir et ils rigolaient. avant de partir j'ai dit à S... et M... que j'avais confiance en eux et que je n'aurais pas cru ça d'eux et ils ont répondu : "maintenant que nous avons couché ensemble, nous aurons encore plus confiance femme". Nous étions épuisées. on ne pouvait plus marcher. Le soir, nous ne sommes pas rentrées chez nous, nous avions honte. nous avons dormi une nuit à l'hôtel. Nous étions sans vêtement, les ch eveux coupés n'importe comment, avec des blessures partout, les yeux rouges. Finalement j'ai dû rentrer chez moi. j'ai porté plainte et raconté à mes parents mais j'ai dit que je ne connaissais aucun gars de peur des représailles. Une semaine après je reçois un texto de M... qui me dit : "tu veux qu'on remette ça salope, ça t'a plu, hein ?" Maintenant je ne peux plus parler à un homme. je ne peux plus vivre normalement. J'ai vécu l'enfer et je ne le souhaite à personne. Retenez ceci et dites vous que ce n'est pas parce qu'on est plusieurs qu'il y a moins de danger. c'est ce que nous pensions et on osait faire ce qu'on voulait sous prétexte que l'on était 2. ANONYME
[ Ajouter un commentaire | 14 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Maman (le 28/10/2004 à 18h09)
Ce texte est dédié à ma petit Maman ;-) et toutes les mamans. Mon premier battement de coeur, Ma première larme, ma première peur, Mon premier sourire, ma première risée, La première fois que j'ai parlé... Toutes ces premières fois, Où tu étais la pour moi, Tous ces débuts, Tout ce qu'on a vécu... Présente pour me protéger, Pour m'aider à tout surmonter, Tu me prenais la main, Pour me ramener dans le droit chemin... Si tendre, douce et patiente, Tes mots et ta voix réconfortante, Tous ces merveilleux souvenirs, Qui m'ont toujours fait sourire... Mais maintenant j'ai peur, L'inquiètude envahit mon coeur, A la seule idée de te perdre... Tu ne peux pas me quitter, J'ai encore besoin de toi pour me guider, Me sourire, me réconforter, Mais surtout pour m'aider à avancer... Je suis ta chair, ton sang, ta vie, Je suis de toi la majeure partie, Mais pour ce qu'il nous reste de temps, Je ne veux pas être traitée comme une enfant.. Je te veux comme une amie à mes côtés, Pour me confier et me faire conseiller, Pas pour me faire surprotéger, Ou encore pire, me faire moraliser... Nous devons profiter des années à vivre, Pour sortir, s'amuser et rire. Maman, tu es tout pour moi, je t'admire, Je t'aime plus que tout, pour le meilleur et pour le pire!
[ Ajouter un commentaire | 1 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 La femme (le 28/10/2004 à 18h09)
Ce texte est dédié à toutes les femmes. Respect pour vous ;-) Un jours un petit garçon en entrant dans la cuisine voit sa mère pleurer.Il s'approche de sa mère et lui demande "maman pourquoi tu pleure?" "Parce que je suis une femme " lui répond-elle. "Je ne comprends pas " dit-il. Sa mère l'étreint et lui dit " Et jamais tu ne réussiras." Plus tard le petit garçon demanda à son père : "Pourquoi maman pleure-t-elle sans raison ?" "Toutes les femmes pleurent sans raison" fut tout ce que son père pu lui dire. Le petit garçon grandit et devint un homme,toujours se demandant pourquoi les femmes pleurent aussi facilement. Finalement il demanda à Dieu " Seigneur, pourquoi les femmes pleurent aussi facilement ? " Dieu répondit: " Quand j'ai fait la femme, elle devait être spéciale.J'ai fait ses épaules assez fortes pour porter le poids du monde;mais quand même assez douces pour être confortables ". " Je lui ai donné une force intérieure pour endurer les naissances et les rejets qui viennent souvent de ses enfants. " " Je lui ai donné la force pour lui permettre de continuer quand tout le monde abandonne et prendre soin de sa famille en dépit de la maladie et de la fatigue, sans se plaindre." " Je lui ai donné la sensibilité pour aimer ses enfants dans n'importe quelle circonstance même quand ces derniers l'ont blessée trés durement." " Je lui ai donné la force de supporter son mari dans ses défauts." " Je lui ai donné la sagesse de savoir qu'un bon époux ne blesse jamais sa femme, mais que quelques fois il teste sa force et sa détermination à demeurer à ses côtés sans faiblir." "Et finalement je lui ai donné une larme à verser. Cela est exclusivement à son usage personnel quand elle le juge bon." "Tu vois : La beauté d'une femme n'est pas dans les vêtements qu'elle porte, ni dans le visage qu'elle montre, ou dans la façon de se peigner les cheveux.La beauté d'une femme doit être dans ses yeux, parce que c'est la porte d'entrée de son coeur : la place où l'amour réside." Il n'y a rien de plus précieux que les larmes d'une femme.Respect les femmes,elles donnent dans la vie et souffrent bien plus que l'homme en ce monde.Si tu ne respect pas la femme sache que c'est ta mère,tes soeurs,tes cousines,tes tantes,tes nièces,etc... que tu ne respect pas. La seul chose que j'espère c'est que la femme incarne toujours les mêmes valeurs que énoncé dans l'histoire.Même si certaines ne mérite pas le nom de FEMME...
[ Ajouter un commentaire | 1 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Le sida (le 28/10/2004 à 18h09)
Faites un don à SIDACTION apelez au 116. Pour faire avancer les recherche concernant le SIDA. Il est la je le sens a l'interieure de moi, il est la je l'entend qui me parle tous bas, il est la et pourtant j'le connait pas, il est la il me prend, il ce moque de moi, il nage dans mon sang, il me suis pas a pas, Qui est t'il vraimen? qu'es qu'il fait la? Tu vois j'ai l'impression de lui apartenir d'etre la comme un con, a attendre le pire je n'contrôle plus ma vie car maintenan c moi et lui, il est la il s'endord, puis vien me reveiller, il est la il m'ignort, puis vien mattaquer, il m'abîme me devort il veut gagner, il est la il est fort, il fait tous ce qu'il veut il joue avec mon corp il me tue peu a peu. dit moi esqu'on sen sor? ne dit rien c'est mieu! tu voi j'ai l'impression d'etre deux dans mon corp d'etre la comme un con, dattendre la mort je n'controle plus ma vie, tu sait maintenan moi c'est lui, et tu as bo me dire de pas trop m'en faire de gardé le sourire,d'etre fort d'etre fière, que la vie continue et que rien n'est perdu mais esque tu crois vraimen que je peu fair semblant? faire semblant d'etre heureu, comme si de rien n'étais, crever a petit feu, oublier qui j'étais, esque tu crois qu'on peut vivre sans y penser? ce dir qu'il y a un bon dieu que rien n'peut nou arriver j'voudrais pouvoir m'enfuir tous quitter l'oublier,retrouver le plaisir, reaprendre a aimer, si seulmen je pouvais "etre libre"!! (frederic lener "etre libre")
[ Ajouter un commentaire | 1 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Ensemble main dans la main (le 28/10/2004 à 18h08)
Quand une main en prend une autre C'est la terre toute entière qui s'arrête Une course infernale contre la mort trouve sa fin dans ce geste sans pareil. Le ciel s'ouvre sur une union sacrée, les éléments se côtoient en un chaos incontrôlable. Deux doigts s'entremêlent et c'est la force qui s'installe. Le vent, la pluie, les nuages et les flammes. Tant de beauté au creux de la main, tant de pureté au creux de l'esprit. Paumés, tarés, névrosés et perdus, tous en une ronde sans symbole, sans conscience et sans paroles. La main tient toujours son pareil, sa copie, son double à la personnalité unique et saisissante. La lumière apparaît entre les interstices et c'est le cœur qui s'emballe. C'est la découverte d'une autre vie, sans gêne, sans heurts et sans mal La barrière tombe et les mains s'en mêlent. La fin de l'histoire est inatteignable, inaccessible et inexistante. Toute la vie s'ouvre en un bouquet de rêves. Quand une main en prend une autre, c'est la paix qui s'installe. L'esprit demeure et se calme le passé rattrape le futur, le présent n'est que source de bonheur. Une petite musique de nuit au cœur d'une planète, suspendue en plein univers, vide de toute humanité sans ses mains qui se serrent. Et l'aube est là mais le rêve ne s'éteint pas. Un grand cyclope aveuglant apporte un trop-plein de lumière, un trop-plein de vie. Privilèges incontestés et droits non bafoués s'enchaînent et s'entrechoquent. Le m'al n'existe plus. Non, plus dans ces têtes-là. Les mains ne se sépareront plus, la vie en a décidé ainsi. Le brouillard s'estompe et le fleuve suit son cours, limpide. Il n'y a plus de pouvoir, plus de savoir. La seule connaissance de l'autre main habite l'âme toute entière. Tout suit son cours en une tempête immuable. Tempête qui fait valser les nuages, les fait valser vers d'autres mains, d'autres cœurs, d'autres âmes. Le bonheur existe et le voilà . Quand une main en prend une autre, les flammes se ravivent, le vent s'apaise, les gouttes ruissellent. la terre s'effondre sous nos pieds . à jamais.
[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 L'alcool au volant (le 28/10/2004 à 18h08)
Cette histoire est à lire attentivement. Je suis allée à une soirée, maman, et je me suis souvenu de ce que tu m'avais dit. Tu m'avais dit de ne pas boire, maman, alors je n'ai pas bu avant de conduire, maman, même si les autres m'ont incitée. Je crois que j'ai fait la bonne chose, maman. Je sais que tu as toujours raison. Maintenant, la boum est presque terminée, maman, et tout le monde prend le volant. Quand je suis entrée dans mon auto, maman, j'ai su que je rentrerais à la maison en vie, car je t'ai écouté maman, je n'ai pas bu. J'ai commencé à conduire, maman, et comme je sortais pour prendre la route, l'autre auto ne m'a pas vue, maman, et elle m'a frappé. Je suis étendue sur le pavé, maman. J'ai entendu le policier dire que l'autre garçon était saoul, maman, et maintenant, je suis celle qui paye ! Je suis couchée ici, en train de mourir, maman, j'espère que tu arriveras bientôt. Comment ceci pouvait m'arriver à moi, maman ? Ma vie vient d'éclater comme un ballon. Je baigne dans mon sang, maman. J'entends les ambulanciers parler, maman, et je vais mourir dans peu de temps. Je voulais simplement te dire, maman: je te jure que je n'ai pas bu ! C'était les autres maman. Les autres n'ont pas réfléchi. Ce garçon était probablement à la même soirée que moi. La seule différence, maman, c'est qu'il a bu et que c'est moi qui vais mourir... Je sens beaucoup de douleur maintenant. Le garçon qui m'a frappé marche maman et je ne crois pas que ce soit juste. Je suis étendue ici en train de mourir maman et il me regarde en me fixant... Dis à mon frère de ne pas pleurer, maman Dis à papa d'être brave maman et quand je serai au paradis, maman, tu écriras : la fille à papa, sur ma pierre tombale. Quelqu'un aurait dû lui dire, maman, de ne pas conduire s'il avait bu. Si seulement quelqu'un lui avait dit, maman, je serais encore vivante. Ma respiration devient de plus en plus courte, maman, et j'ai peur. S'il-te-plait, ne pleure pas maman. Quand j'avais besoin de toi tu étais toujours là maman. J'ai une dernière question avant de te dire adieu maman: Je n'ai pas bu avant de conduire, maman alors pourquoi suis-je celle qui meurt ? j'ai peur , très peur , maman je sent mon coeur qui bat de plus en plus lentement maman ne me laisse pas seule maman j'ai peur mais je ne sent plus rien maman ca y'est c'est la fin , maman avant de mourir maman je voulais juste de dire une phrase simple que tout le monde devrait se dire maman , je t'aime. Boire ou conduire il faut choisir
[ Ajouter un commentaire | 2 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Jamais attendre pour dire ce que l'on pense (le 28/10/2004 à 18h08)
Il etait une fois un Garcon qui naquit avec une grave maladie incurable . Vers ses 18 ans il decida de sortir seul et demanda la permission a sa mere que le laissa sortir avec inquietude . Il alla dans le centre commercial de sa ville . Passant devant la vitrine d'un magasin de musique, il vit la plus belle Fille qu'il n'ait jamais vu y travailler . Il crut voir un ange . Il se decida donc d'entrer dans le magasin et s'approcha de comptoir où etait la Fille . Celle d'une douce voix lui demanda :"que puis-je faire pour t'aider ?" Le Garcon tout tremblant, pris un CD au hasard et le lui donna . Elle alla dans l'arriere boutique pour emballer le CD puis revins pour le lui donner . Le Garcon pris le CD et se sauva . Jours apres jours il revenait pour la voir et achetais toujours un CD . Puis un jours la Fille vit que le garcon ne passait plus chercha à avoir son numero du Garcon . Elle appela alors et tomba sur la mere . Elle demanda alors :" Puis-je parler a votre fils s'il vous plait " . La mere lui repondit en pleurant :" il est mort il y a peu a cause de sa maladie ." La Fille raccrocha le telephone toute triste . La mere ,apres ca ,decida alors d'aller dans la chambre du Garcon et vit tout les paquets de CD fait par la Fille . Ils etaient tous fermé . La mere en ouvrit un et vit un petit bout de papier tomber . Elle le lu . c'etait un petit mot de la Fille qui disait :" Je te trouve mignon et aimerais que tu me demandes de sortir avec toi ." Apres avoir lu ca la mere pleura de plus fort . La moral de l'histoire est qu'il ne faut jamais attendre que l'autre fasse le premier pas mais forcer le destin . On ne sait pas ce qu'est fait le lendemain.
[ Ajouter un commentaire | 2 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 La vie n'est pas si facile... Elle ne tient qu'à un fil... (le 28/10/2004 à 18h06)
La vie est bien triste, elle l'est dix fois plus lorsqu'un matin de septembre on vous apprend qu'une personne trés proche de vous est à l'hopital dans un coma profond, qu'il est brûlé au 3éme degré sur tout le corp et que les chances pour qu'il s'en sorte sont trés faible...les minutes ont passé....les heures ont passé....les jours ont passé...les semaines ont passé....puis les mois on passé....et voici qu'aujourd'hui cette personne s'est réveillé, elle souffre, mais ne perd pas éspoir, personne ne perd espoir....on le croyait perdu mais il s'en sortira...qu'es qui lui est passé par la téte se jour de septembre 2003 ? Personne ne le sait et ne le saura....Enfin le principal c'est que cette personne et toujours là et que ces amis ne l'on pas laissé tombé.....jimmy on pense tous trés fort à toi et puis on t'aime et tu nous manque trop...
[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Souriez (le 28/10/2004 à 18h06)
Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup, Il enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne, Il ne dure qu'un instant, mais son souvenir est parfois éternel, Personne n'est assez riche pour s'en passer, Personne n'est assez pauvre pour ne pas le mériter, Il crée le bonheur au foyer, soutient les affaires, Il est le signe sensible de l'amitié, Un sourire donne du repos à l'être fatigué, Donne du courage au plus découragé Il ne peut ni s'acheter, ni se prêter, ni se voler, Car c'est une chose qui n'a de valeur qu'à partir du moment où il se donne. Et si toutefois, vous rencontrez quelqu'un qui ne sait plus sourire, soyez généreux donnez-lui le vôtre, Car nul n'a autant besoin d'un sourire que celui qui ne peut en donner aux autres.
[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Protège toi si tu ne veux pas le regretter un jour (le 28/10/2004 à 18h05)
Aujourd'hui, c'est le premier jour de ma vie... Maman l'ignore encore, Papa aussi. Ils sont très beaux tous les deux... Et ils s'aiment beaucoup... Ils n'ont que 16 ans... Aujourd'hui, Maman se sent un peu malade... Elle est allée voir le médecin qui lui a dit que je naîtrais en Août si tout se passait bien... Mais Maman semble inquiète... Elle parle de moi à Papa... Papa qui a dit que, non, il était désolé, éléver un enfant ne serait pas possible... Sur ces mots, il a laissé Maman seule avec son désarroi... Aujourd'hui, il m'est poussé un doigt et quelques cheveux... Je suis un garçon mais Maman ne le sait pas encore... J'aimerais m'appeller Nicolas, cela me plairait beaucoup... Maman pleure... Elle se sent seule et abandonnée, elle va mal... Peut-être est-elle préoccupée par ma naissance? Aujourd'hui, c'est une magnifique journée de printemps, un beau soleil brille au dehors... Un beau soleil que je n'aurais jamais le loisir d'observer puisque Maman à décider de me tuer... Je me fiche de savoir si Maman à fait ou non le bon choix... J'aime Maman... Tout est de la faute de Papa... Si tu étais à la place de ce garçons qu'aurais-tu fais? Si tu étais à la place de cette filles qu'aurais-tu fais? Vos réponses dans les commentaires
[ Ajouter un commentaire | 11 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Violence conjuguale (le 28/10/2004 à 18h04)
Pour vous les femmes battues, c'est un texte dure, je le sais, mais c'est ce qu'il faut... Courage! Réagissez! Tant qu'il est encore temps... Au début tout est beau, tout est rose Y a jamais un soupçon morose Ce gars tu l'as rencontré A lui tu t'es attaché Et ensemble vous avez commencé une histoire Mais c'était pas un truc d'un soir Et ça vous l'avait bien compris Entre vous jamais ce serait fini Même après les coups d'gueule Où toi tu te retrouvée seule Tu savais qu'il allait rentré Et que vous seriez réconciliés Vous disiez « à la vie, à la mort » Peut-être que vous aviez tord Toi tu as pardonné Le jour où il t'as giflé Première fois et sûrement la dernière. Y aurait p't'être fallu faire des prières Même le jour où il t'as tabassé Il a eu le culot de s'excuser T'hésitais à donner ton pardon T'as préféré écouter ton coeur à ta raison Dis moi combien d'fois il t'as cogné ? Question con j'le sais,car t'as arrété d'compter C'est l'jour où t'as vu ton ventre grossir Que tu t'es décidée à partir sans rien dire Mais il a pas laché l'affaire T'avais sa fille, fallait qu'il la récupère Pendant un an passé Il a fait que te menacer T'as eu raison de protéger ta gosse Pour qu'elle rentre pas avec des bosses
[ Ajouter un commentaire | 2 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Le racisme... Toujours là (le 28/10/2004 à 18h04)
La scène qui suit a eu lieu dans un vol de la compagnie BritishAir entre Johannesbourg et Londres. Une femme blanche, d'environ cinquante ans, s'assied à côté d'un noir. Visiblement perturbée, elle appelle l'hotesse de l'air : "Quelle est votre problème, madame ?, demande l'hotesse. - Mais vous ne voyez donc pas ?, répond la dame. Vous m'avez placée à côté d'un noir. Je ne supporte pas de rester à côté d'un de ces êtres répugnants. Donnez-moi un autre siège. - S'il vous plait, calmez-vous, dit l'hotesse de l'air. Presque toutes les places de ce vol sont prises. Je vais voir s'il y a une place disponible.." L'hotesse s'éloigne et revient quelques minutes plus tard. "Madame, comme je le pensais, il n'y a plus aucune place libre dans la classe économique. J'ai parlé au commandant et il m'a confirmé qu'il n'y a plus de place dans la classe exécutive. Toutefois, nous avons encore une place en première classe." Avant que la dame puisse faire le moindre commentaire, l'hotesse de l'air continue : "Il est tout à fait inhabituel dans notre compagnie de permettre à une personne en classe économique de s'asseoir en première classe.Mais, vu les circonstances, le commandant trouve qu'il serait scandaleux d'obliger quelqu'un à s'asseoir à côté d'une personne aussi désagréable." Et, s'adressant au noir, l'hotesse de l'air lui dit : " Donc, monsieur, si vous le souhaitez, prenez votre bagage à main car un siège en première classe vous attend." Et tous les passagers autour qui, choqués, assistaient à la scène, se levèrent et applaudirent.
[ Ajouter un commentaire | 3 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Une cicatrice ça ne s'efface pas (le 28/10/2004 à 18h03)
Il était une fois un garçon avec un sale caractère. Son père lui donna un sachet de clous et lui dit d'en planter un dans la barrière du jardin chaque fois qu'il perdrait patience et/ou se disputerait avec quelqu'un. Le premier jour il en planta 37 dans la barrière. Les semaines suivantes, il apprit à se contrôler, et le nombre de clous plantés dans la barrière diminua jour après jour: il avait découvert que c'était plus facile de se contrôler que de planter des clous. Finalement, arriva un jour où le garçon ne planta aucun clou dans la barrière. Alors il alla voir son père et il lui dit que pour ce jour il n'avait planté aucun clou. Son père lui dit alors d'enlever un clou dans la barrière pour chaque jour où il n'aurait pas perdu patience. Les jours passèrent et finalement le garçon put dire à son père qu'il avait enlevé tous les clous de la barrière Le père conduisit son fils devant la barrière et lui dit: "Mon fils, tu t'es bien comporté mais regarde tous les trous qu'il y a dans la barrière. Elle ne sera jamais comme avant. Quand tu te disputes avec quelqu'un et que tu lui dis quelque chose de méchant, tu lui laisses une blessure comme celle-là. Tu peux planter un couteau dans un homme et après le lui retirer, mais il restera toujours une blessure. Peu importe combien de fois tu t'excuseras, la blessure restera. Une blessure verbale fait aussi mal qu'une blessure physique. Les amis sont des bijoux rares, ils te font sourire et t'encouragent. Ils sont prêts à t'écouter quand tu en as besoin, ils te soutiennent et t'ouvrent leur coeur. "Montre à tes amis combien tu les aimes".
[ Ajouter un commentaire | 1 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 L'alcool au volant (le 28/10/2004 à 18h03)
Une histoire qui fait réfléchir... À la dernière minute, je me suis dépêché de me rendre au magasin à rayons pour faire mes emplettes de Noël. Quand j'ai vu tout le monde qu'il y avait, je me suis mise à maugréer. Je vais passer un temps interminable ici et j'ai encore tant de choses à faire. Noël commence vraiment à devenir une corvée. Ce serait tellement bien de me coucher et de me réveiller seulement après... Mais je me suis fais un chemin jusqu'au département des jouets et là, j'ai commencé a maugréer contre le prix des jouets en me demandant si les enfants joueraient vraiment avec. Je me suis retrouvée dans l'allée des jouets. D u coin de l'oei l, j'ai remarqué un petit bonhomme d'en viron 5 ans qui tenait une jolie petite poupée contre lui... Il n'arrêtait pas de lui caresser les cheveux et de la serrer doucement contre lui. Je me demandais à qui était destinée la poupée. Puis le petit garçon se retourna vers la dame près de lui: " Ma tante, es-tu certaine que je n'ai pas assez de sous? " La dame lui " Tu le sais que tu n'as pas assez de sous pour l'acheter ". Puis sa tante lui demanda de rester là et de l'attendre quelques minutes. Puis elle partit rapidement. Le petit garçon tenait toujours la poupée dans ses mains. Finalement, je me suis dirigée vers lui et lui ai demandé à qui il voulait donner la poupée. " C'est la poupée que ma petite soeur désirait plus que tout pour Noël. Elle était sûre que le Père Noël la lui apporterait " Je lui dis alors qu'il allait peut-être lui apporter. Il me répond it tristement: " Non, le Père Noël ne peut pas aller là où ma petit e soeur se trouve maintenant... Il faut que je donne la poupée à ma maman pour qu'elle lui apporte ". Il avait les yeux tellement tristes en disant cela. " Elle est partie rejoindre Jésus. Papa dit que maman va aller retrouver Jésus bientôt elle aussi alors j'ai pensé qu'elle pourrait prendre la poupée avec elle et la donner à ma petite soeur " Mon coeur s'est presque arrêté de battre. Le petit garcon a levé les yeux vers moi et m'a dit: " J'ai dit à papa de dire à maman de ne pas partir tout de suite. Je lui ai demandé d'attendre que je revienne du magasin " Puis il m'a montré une photo de lui prise dans le magasin sur laquelle il tenait la poupée en me disant: " Je veux que maman apporte aussi cette photo avec elle, comme ça, elle ne m'oubliera pas. J'aime ma maman et j'aimerais qu'elle ne me qui tte pas mais papa dit qu 'il faut qu'elle aille avec ma petite soeur " Puis il baiss a la tête et resta silencieux. Je fouillai dans mon sac à mains, sortis une liasse de billets et demandai au petit garcon: " Et si on recomptait tes sous une dernière fois pour être sûrs? " " Ok " dit-il " Il faut que j'en aie assez ". Je glissai mon argent avec le sien et nous avons commencé à compter. Il y en avait amplement pour la poupée et même plus. Doucement, le petit garcon murmura: " Merci Jésus pour m'avoir donné assez de sous " Puis il me regarda et dit: " J'avais demandé à Jésus de s'arranger pour que j'aie assez de sous pour acheter cette poupée afin que ma maman puisse l'apporter à ma soeur. Il a entendu ma prière. Je voulais aussi avoir assez de sous pour acheter une rose blanche à ma maman mais je n'osais pas lui demander. Mais il m'a donné assez de s ous pour acheter la poupé e et la rose bl anche. Vous savez, ma maman aime tellement les roses blanches... " Quelque s minutes plus tard, sa tante revint et je m'éloignai en poussant mon panier. Je terminai mon magasinage dans un état d'esprit complètement différent de celui dans lequel je l'avais commencé. Je n'arrivais pas à oublier le petit garcon. Puis, je me suis rappelée un article paru dans le journal quelques jours auparavant qui parlait d'un conducteur en état d'ivresse qui avait frappé une voiture dans laquelle se trouvait une jeune femme et sa fille. La petite fille était morte sur le coup et la mère gravement blessée.La famille devait décider s'ils allaient la faire débrancher du respirateur. Est-ce que c'était la famille de ce petit garcon? Deux jours plus tard, je lus dans le journal que la jeune femme était morte. Je ne pus m'empêcher d'aller acheter un bouquet de roses blanches et me rendre au salon mortuaire ou était exposée la jeune dame. Elle était là, tenant une jo lie rose blanche dans sa main, avec la poupée et la photo du petit garcon dans le magasin. J'ai quitté le salon en pleurant sentant que ma vie changerait pour toujours. L'amour que ce petit garcon éprouvait pour sa maman et sa soeur était tellement grand , tellement incroyable.Et en une fraction de seconde, un conducteur ivre lui a tout enlevé... Boire ou conduire il faut choisir
[ Ajouter un commentaire | 1 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Les viols collectifs (le 28/10/2004 à 18h02)
Et oué un truc de malade, difficile de croire que ça existe et pourtant... Pendant six mois , une adolescente , Tatiania, 14 ans est régulièrement violée dans les caves de la cité de la Croix-Blanche de Vigneux-sur-Seine, dans l'Essonne, par un groupe d'une quinzaine de jeunes. Par peur de représailles, elle se tait. Tatiana est violée et sodomisée "Certains mercredi, les gens de la cité voyaient les jeunes faire la queue devant les caves et ne disaient rien " raconte une jeune fille Après avoir longtemps affirmé que la jeune fille était consentante , plusieurs accusés avouent qu'elle était résignée parce qu'elle avait peur. Certains garçons avaient menacé Tatiana de montrer des photos de séances de fellation à son père si elle refusait de s'exécuter. LES CONSEQUENCES DE CE VIOL : Rongée par la culpabilité et le dégoût, détruite par ces violeurs , Tatiana cherche des refuges illusoires dans la drogue, l'alcool et une fausse gaieté qui dissimulent une cicatrice mal referméeEnvoyée chez sa grand-mère, Tatiania fait une tentative de suicide. 14 ans , morte alors qu'elle avait la vie devant elle Morte , car on l'y a poussée, elle n'avais pas d'autre échappatoire... Son père, âgé de 39 ans, s'est pendu .Resté dans la cité quelques mois après le départ de sa fille, il semble qu'il ait été victime de pressions de la part des proches des accusés. Viol ne veux pas seulement dire agressions sexuelles , il veux également dire " oter la vie et l'amour propre de quelqu'un
[ Ajouter un commentaire | 4 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Respectons les filles (le 26/10/2004 à 19h27)
Voilà ce qui se passe régulièrement partout en France autant ds nos cité que ds les milieu riches. Si j'avais su Ce que t'avais prévu Je ne serai pas venue Te rejoindre en pleine rue J'avais 12 ans et j'étais bête J'ai cru que tu étais différent des autres garçons Que tu m'aimais peut-être En fait, t'étais encore plus con Au début, c'était comme dans mes rêves les plus fous Tu m'as embrassée dans le cou Tu voulais qu'on marche un peu Tu m'as pris la main, tu semblais si heureux Tu m'as emmenée un peu à l'écart du monde, Dans une petite ruelle toute sombre Je m'en suis rendue compte trop tardMon rêve allait devenir un cauchemard Tout à coup, tu n'étais plus le même Tu m'as plaquée contre le mur, fini les 'je t'aime' Tu m'as dit que t'avais envie de moi Que je ne pouvais rien contre toi Tu m'as tenue contre le mur et tu as serré, Une main sur ma bouche pour m'empêcher de crier Je sentais ton souffle rauque dans ma nuque Tandis que tu m'arrachais ma jupe Je ne savais pas quoi faire Ta main toujours sur ma bouche m'obligeait à me taire J'éssayais de m'échapper Mais tu me tenais avec fermeté Je sentais mes jambes fléchir J'ai cru que j'allais mourir Je te suppliais du regard mais c'était sans espoir Ma jupe tombée par terre Ton jean déjà ouvert J'étais épouvantée Mais toi, tu riais Tu t'es collé contre moi Il n'y avait plus que ma culotte pour me séparer de toi A ce moment j'ai prié Dieu de m'évanouir Pour ne plus entendre tes soupirs J'ai ressenti une douleur atroce Tu m'avais pénétrée avec force Tes mains exploraient chaque parcelle de mon être Je ne pouvais plus crier, aucun son ne sortait Tu prenais ton pied, j'étais ton jouet Quand ça ne t'a plus amusé Tu m'as retournée Et t'as recommencé Par derrière, pour changer J'ai eu encore plus mal Je me sentais si sale Tu m'avais souillée, Ruiné ma vie à jamais Quand t'as senti ton plaisir venir Tu m'as agenouillée devant toi T'as ouvert ma bouche, y enfonçant tes doigts Et tu m'y as enfoncé ton dard, sans prévenir J'avais envie de vomir J'avais envie de mourrir T'as évacué ton sperme dans ma bouche Tu m'as forcé à avaler toute la louche Et puis t'es parti En me laissant là Seule, nue et meurtrie Au plus profond de moi Tu m'as juste fais jurer De ne jamais en parler Disant que t'étais sûr que j'avais aimé ça Même si je ne l'avouais pas _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Je t'aimais, tu sais Et ma virginité, Je te l'aurai donnée Si t'avais pensé à me le demander Avant de me violer !
[ Ajouter un commentaire | 6 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Toujours dire ce que l'on pense (le 26/10/2004 à 19h26)
Voici une petite histoire vraie que j'ai piqué sur un autre blog. C'est l'histoire Vrai d'un mec qui aimait secrètement une fille, mais qui ne le lui a jamais dit. Et cette fille l'aimait aussi, mais s'est également gardée de le lui dire, persuadée qu'elle n'avait aucune chance. Les copains du mec pensait qu'elle était lesbienne, ils la détestaient et le mec les suivait, malgré son amour. Un jour, ils ont suivis la fille jusqu'à chez elle, et pendant tout le chemin ils se sont horriblement moqués d'elle. Lorsque la fille était enfin chez elle, elle a fondu en larme. Le garçon, qui avait des remords décida d'aller la voir pour s'excuser et lui avouer son amour. Il frappa à la porte, mais personne ne répondit. Alors il rentra car s'était ouvert, et trouva la jeune fille morte, gisant sur le sol les poignets ouverts, elle s'étais suicider. Il s'en voulu toute sa vie car il savait qu'il était responsable de sa mort, et puis aussi car il n'avait jamais pu lui dire ce qu'il éprouvait... La morale de cette histoire est de ne jamais attendre le dernier moment pour dire ce que l'on ressent, et puis ne jamais suivre les autres sous pretexte que se sont des "amis", il faut suivre son coeur.
[ Ajouter un commentaire | 4 commentaire(s) | Imprimer cet article | Permalien ]
 
 Mises à jour
- Ce blog vous a-t-il fait changer d'avis s... Sondage Le 21/11/2005
- Le bonheur Articles Le 29/09/2006
- Top-Blog Liens Le 27/04/2005
 
 
 Horloge
 
 Rechercher
 
 
 Newsletter
 
 
 Tchat
 
 
 Statistiques
 1 connecté(s)
 62544 visiteurs
 Depuis le 26/10/2004
 
 Ecouter la radio
 Fun radio
 NRJ
 
Créer un blog gratuit avec KaZeo | Créer un site | RSS articles